Tendances

Le plaisir à la place de la pression et de l’essoufflement ?

Certains managers ne ressembleraient-ils pas à ce cycliste, qui s’épuise à courir à côté de son vélo en le poussant, à qui on demande « Mais pourquoi n’enfourches-tu pas ton vélo, tu pourrais aller plus vite ? » et dont la réponse est : « Mais tu n’y penses pas, je vais perdre du temps si je dois m’arrêter pour monter dessus ! ». N’est-ce pas une situation qui pourrait avoir des ressemblances avec des situations existantes ou ayant existé ?

Dans ce registre, l’article « Ces dirigeants d’entreprise qui s’octroient des congés sabbatiques » paru dans le supplément Carrière / Management du journal Le Temps du 06.09.2013 revient sur certains points alarmants :

« Deux suicides qui ont relancé le débat sur les pressions subies par les hauts cadres. Que faire pour éviter d’en arriver là ? Se mettre au yoga ou démissionner ? »

« On demande aux employés de courir à fond les premiers kilomètres d’un marathon et après l’on s’étonne qu’ils s’essoufflent au milieu du parcours. »

Une entreprise suisse y est citée en exemple, dans la mesure où elle « offre à ses cadres moyens et supérieurs la possibilité de prendre jusqu’à trois mois de congé au plus après treize années de service. Prendre ce congé est plus qu’une simple option : on attend que les cadres utilisent cette période de congé, et cela est aussi valable pour les membres de la direction. »

Et de citer finalement le contexte de nos nombreuses PME : « Les patrons de PME ont tendance à ne pas prendre assez de vacances, surtout en période de crise, où la surcharge de travail augmente encore. »

Ces constats posent bien des questions sur le sens qu’est donné au travail et de la place que peut avoir ou non la sérénité dans un milieu professionnel. Chacun est d’accord pour dire que les pressions constantes et croissantes fragilisent l’entreprise et son fonctionnement ; et que la performance ou les stratégies basées uniquement sur des objectifs occultent un souhait constant de l’employé, cadre ou non : avoir du plaisir dans son travail. Et si, au-delà de ce constat, chacun faisait quelque chose pour diminuer la pression au travail ? Nous sommes convaincus que cela augmenterait le plaisir au travail des employés concernés et permettrait à son entreprise de se développer.

09.2013

En lien avec ce sujet

Relations & Communication

Développement

Séminaires & Formation

Appui aux dirigeants

Pour en parler ensemble

Prenez contact avec nous !

Newsletter

Envie d'être informé directement et simplement de nos nouveautés grâce à un mail, environ quatre fois par année ?

Pour cela, vous pouvez vous abonner à notre Newsletter en remplissant le formulaire d'inscription prévu à cet effet.